Maurice Sourdille et la chirurgie de la surdité

Dans la perspective du congrès mondial d’ORL, organisé par l’International Federation of ORL Societies (IFOS), qui se tient à Paris du 24 au 28 juin 2017, la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine vient de publier, dans le catalogue collectif Calames, l’inventaire des archives de Maurice Sourdille, généreusement données par le Professeur François Legent, inlassable défenseur de l’histoire de l’ORL et grand contributeur de la page du site de la BIU Santé consacrée à l’oto-rhino-laryngologie en France, avec plus d’une dizaine de contributions à son actif.Billet_2017_Sourdille_H1n36
Maurice Sourdille (1885-1961), suivant la route tracée par ses frères aînés, s’engage dans les études médicales, contribuant à faire de la famille Sourdille une véritable dynastie médico-chirurgicale dans les domaines de l’urologie, de l’ophtalmologie et de l’ORL.Billet_2017_Sourdille_H1n11
Sa vie s’organise autour de quatre points d’attache principaux : Nantes et sa région (sa villégiature de la Bernerie), Aix-les-Bains, Strasbourg et Paris, tout en étant émaillée de voyages et missions professionnels marquants, en Autriche en 1914, en Suède en 1924 ou encore aux États-Unis d’Amérique en 1937, pour ne citer que les plus déterminants pour l’évolution de sa pensée et de sa pratique scientifiques.
Inspiré par les travaux effectués en Suède par Robert Bárány, récipiendaire du prix Nobel en 1914 pour ses recherches sur la physiologie et la pathologie de l’appareil vestibulaire, par Gunnar Hölmgren et par Carl-Olof Nylén, et par leur utilisation de nouveaux instruments optiques, Maurice Sourdille met au point dans les années 1920 et 1930 une nouvelle technique d’opération de la surdité par otospongiose, la tympano-labyrinthopexie, encore appelée fenestration. Après le congrès parisien de 1935 qui consacre ses travaux sur le Traitement chirurgical de l’otospongiose, Maurice Sourdille s’attache à faire connaître sa technique opératoire au niveau international.Billet_2017_Sourdille_H2n9
Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que, nommé professeur à l’université de Strasbourg, Maurice Sourdille peut reprendre sa juste place dans le monde de la recherche. En 1947, il y organise un match l’opposant à George Shambaugh Jr, disciple de Julius Lempert, devant un parterre de spécialistes du monde entier, destiné à confronter leurs techniques opératoires respectives.
La fin des années 1940 et les années 1950 sont celles de sa consécration : outre de nouvelles publications ou des rééditions, il se voit décerner divers prix (ainsi le prix Albert Ier de Monaco et le prix Lermoyez de l’Académie de médecine) et se fait élire à l’Académie nationale de médecine en 1959. Infatigable organisateur, il met en place et anime une Société oto-neuro-ophtalmologique de Strasbourg puis tente d’unifier les structures européennes d’ORL dans une même Organisation européenne de l’otosclérose (OEEO).

Référence : Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine, Fonds Sourdille.

Jérôme van Wijland

Tagués avec : , ,
Publié dans Non classé