Les plis cachetés de l’Académie de médecine : recherche de notoriété et avancée médicale

Qu’est-ce qu’un pli cacheté ? C’est une lettre ou tout autre document déposé auprès du président ou du secrétaire perpétuel de l’Académie, scellé, d’où son nom, destiné à n’être ouvert qu’après un délai de plusieurs années. Dans ce document, son auteur propose une observation, une idée ou une hypothèse concernant la cause voire le traitement d’une maladie, ou encore, un projet d’appareillage. En utilisant le pli cacheté, le déposant poursuit deux buts : circonvenir un refus de publication, et, prendre date, dans l’espoir de voir reconnus dans l’avenir le bien-fondé, le caractère original voire prémonitoire de ses observations et réflexions.

L’Académie de médecine a reçu plus de 900 plis cachetés, de 1820 à 1903, puis de 1987 à aujourd’hui : en 1903, suite à son installation rue Bonaparte, l’Académie a en effet décidé de ne plus accepter de plis cachetés, décision sur laquelle elle est revenue en 1987.

Une grande partie des plis a été ouverte, le délai de scellement ayant été dépassé. Une analyse de leur contenu a donc pu être réalisée. Il en est ressorti plusieurs caractéristiques :

- 90% d’entre eux répondent à des préoccupations thérapeutiques. Les propositions de drogues et remèdes destinés à traiter la phtisie pulmonaire, la syphilis, la diphtérie, le choléra et autres affections contagieuses y tiennent une grande place.

- Les autres plis sont consacrés à la description d’appareils ou d’instruments destinés à traiter des sténoses urétrales, des lithiases vésicales, des luxations, des cataractes ainsi que des dystocies. Les descriptions de forceps et d’embryotomes sont fréquentes. Ces plis proviennent généralement de chirurgiens, d’orthopédistes ou d’accoucheurs.

- Les plis sont envoyés de toute la France, peu de l’étranger (est recensée l’existence d’un pli venant de Cuba). Les médecins coloniaux sont représentés.

- Les déposants sont des médecins, parfois médecins des hôpitaux ou professeurs de faculté et d’école de médecine, des pharmaciens, des chirurgiens (dont des orthopédistes) ou encore des accoucheurs. Parmi eux, on relève quelques membres de l’Académie de médecine : Joseph Beau, Eugène Caventou, Marcel Lermoyez, Adolphe Pinard, Albert Robin, Eugène Tarnier, Henri Huchard, Georges Hayem, etc… Mais la grande majorité des auteurs est inconnue.

- La plupart des plis n’ont pas ou peu de valeur scientifique mais ils ont une valeur et une importance historiques, reflétant la pensée médicale du moment, ses préoccupations et ses recherches pour faire progresser la science médicale, ses pratiques et ses traitements.

Depuis février 2015, l’inventaire des plis cachetés est accessible sur la plate-forme Calames référençant les fonds d’archives et de manuscrits des bibliothèques de l’enseignement supérieur.

Pli cacheté_Instrument_09.1832_1  Pli cacheté_Instrument_09.1832_2  Pli cacheté_Instrument_09.1832_3

Note : ce billet a été rédigé en s’appuyant sur l’article non publié, Les plis cachetés. Les miettes du passé, rédigé par Laurence Camous, directrice de la Bibliothèque de 2003 à 2011, Gabriel Richet (1916-2014) et Christian Nezelof, membres de l’Académie de médecine.

Anaïs Dupuy-Olivier

Tagués avec : ,
Publié dans Actualité