Le parcours d’un manuscrit

Le cahier n° 1 du volume 22 de la revue Philosophia Scientiæ récemment paru propose, sous la direction de Franck Jovanovic, de Viera Rebolledo-Dhuin et de Norbert Verdier, un numéro spécialement consacré à « Science(s) et édition(s), des années 1780 à l’entre-deux-guerres ».

Il comporte en particulier un article consacré aux enjeux de pouvoir et aux stratégies d’occupation de l’espace pédagogique et éditorial dans le domaine obstétrical dans les années 1770-1780, à travers l’exemple des écrits du chirurgien accoucheur Jean-Louis Baudelocque et de ceux de ses principaux rivaux : Van Wijland, Jérôme, « Baudelocque et son maître. Écriture et genèse d’une pensée scientifique », Philosophia Scientiæ, 22 (1), 2018, p. 23–41.

Les analyses qui y figurent s’appuient notamment sur un manuscrit in-4° de 533 pages, intitulé Cours d’accouchemens. De Monsieur Solayres de Renhac, Docteur en médecine et en chirurgie de Montpellier, de la société royale de la même ville, licencié du collège de chirurgie de Paris, désigné professeur et démonstrateur d’anatomie et de chirurgie à l’école pratique de cette ville. Mis au jour par Mr Baudelocque, son disciple. Première et seconde partie, conservé à la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine sous la cote Ms 873 (1744).

 

Billet_2018_Baudelocque1rdx

Acquis en 2009 auprès d’un libraire spécialisé qui l’avait acheté dans les années 1970 à un collectionneur privé, le manuscrit avait déjà fait l’objet d’un intérêt marqué au XIXe siècle.

S’il est fort probable que Jean-Louis Baudelocque l’ait gardé jusqu’à sa mort en 1810, la trace du manuscrit se perd ensuite. Il est cependant permis d’émettre deux hypothèses quant aux possesseurs du manuscrit, dans la famille même de Baudelocque. Louis Auguste Baudelocque (1800-1863), dit Baudelocque neveu, aurait dû entrer en possession du manuscrit. Le testament de Jean-Louis Baudelocque précise en effet que ses « manuscrits seraient remis, dans le cas prévu où [s]on fils n’embrasserait pas l’état de la médecine, à l’un de [s]es deux neveux, Paul, ou Auguste Baudelocque, si l’un d’eux devenait docteur en médecine. » [Boyer ; Duméril 1833, 8] Le fils de Baudelocque étant devenu notaire et Paul étant décédé, cela fait naturellement d’Auguste le légataire des manuscrits. Cependant celui-ci n’a passé sa thèse qu’en 1823, ce qui laisse une vacance de treize ans entre la mort de Baudelocque et le respect de la condition testamentaire.

La seconde hypothèse nous porte vers le chirurgien et accoucheur Louis Charles Deneux, plus tard célèbre pour avoir mis au monde le Comte de Chambord. Ce cousin de Baudelocque en a également été le protégé et l’hôte lors de ses études médicales parisiennes. Dans ses mémoires, Deneux évoque à plusieurs reprises la bibliothèque de Baudelocque : la première fois, vers 1784, l’épouse de Baudelocque lui permet d’y puiser ce qui lui manque pour ses révisions ; la seconde fois, Baudelocque lui offre des livres lors de son départ de Paris en 1790. [Deneux ca 1827-1830, 59-60 ; 72b] Par la suite, Deneux s’avère un bibliophile de premier ordre et constitue une importante bibliothèque consacrée à l’étude physique et morale de l’homme, dont l’une des parties, concernant « la reproduction, les accouchements, les maladies des femmes, etc., etc., est probablement ce qui existe de plus complet sur ce sujet en France, et dans la plupart des bibliothèques étrangères. » [Deneux 1844, II] Siebold lui-même, dans son Essai d’une histoire de l’obstétricie, se fait l’écho de la qualité de la bibliothèque de Deneux. [Siebold, II, 468]

Microsoft Word - Parcours.docx

 

Le manuscrit réapparaît, vu par l’obstétricien allemand Hermann Franz Naegele (1810-1851) lors d’un voyage à Paris [Naegele 1838, 111] qui se situe, selon Siebold et ce que l’on peut inférer du texte même de Naegele, en 1834. [Naegele 1838, 118] [Siebold, II, 469]

Au milieu du XIXe siècle approximativement, le manuscrit appartient au docteur Louis Sardallion (1796-1870), collectionneur avisé d’ouvrages d’obstétrique. L’ex-libris présent sur le manuscrit se retrouve en effet dans maints ouvrages signalés dans les catalogues de bibliothèques ou de vente aux enchères (ventes Kapandji-Morhange d’octobre 2009 et de mars 2010). Cet accoucheur – ainsi le qualifient les annuaires civils ou professionnels –, donnait des cours particuliers et proposait des préparations anatomiques et tocologiques. [Vaucher 1847, 3] [Revue et magasin de zoologie pure et appliquée, juin 1845, 218]

Deneux, Siebold, Naegele fils, Sardallion : les noms de ces médecins collectionneurs, allemands ou français, disent assez l’intérêt qu’un tel manuscrit suscitait et dont l’article cherche à mettre en évidence le rôle dans l’élaboration de la pensée et de l’écriture médicales de Baudelocque.

 

Jérôme van Wijland

 

Références bibliographiques :

Baudelocque, J.-L. [1773] Cours d’accouchemens. De Monsieur Solayres de Renhac, Docteur en médecine et en chirurgie de Montpellier, de la société royale de la même ville, licencié du collège de chirurgie de Paris, désigné professeur et démonstrateur d’anatomie et de chirurgie à l’école pratique de cette ville. Mis au jour par Mr Baudelocque, son disciple. Première et seconde partie. BANM, Ms 873 (1744).

Boyer, A. ; Duméril, A. M. C. [1833] Rapport fait à l’Académie royale des sciences de l’Institut de France, par MM. Boyer et Duméril sur un mémoire intitulé “Du Broiement de la tête de l’enfant mort dans le sein de la mère, nouveau procédé pour terminer l’accouchement laborieux” et qui lui a été présenté par M. Baudelocque neveu,… suivi d’une lettre contenant un extrait du testament de Jean-Louis Baudelocque, adressée par M. Baudelocque neveu à ses confrères. Paris : impr. de H. Dupuy.

Casanove, A. de [2012] Conception et application d’un modèle d’encodage TEI : l’édition électronique des manuscrits de Louis-Charles Deneux, accoucheur de la duchesse de Berry… Mémoire du master Technologies numériques appliquées à l’histoire. [Paris] : École nationale des chartes.

Deneux, L.-C. [ca 1827-1830] Sa biographie. Journal 1822 à 1830. Faculté de médecine. Chaire de clinique d’accouchements. BANM, Ms 827 (1698).

Deneux, L.-C. [1844] Catalogue d’une partie de la bibliothèque de M. L.-C. Deneux, …, Dont la vente aura lieu le 27 mai 1844,…. Paris : Librairie de J. Techener.

Naegele, H. F. [1838] Die Lehre vom Mechanismus der Geburt nebst Beiträgen zur Geschichte derselben. Mainz : bei Victor von Zabern.

Siebold, E. G. J. de [1866] Lettres obstétricales. Avec une introduction et des notes par J. A. Stoltz. Paris : J.-B. Baillière et fils.

Siebold, E. G. J. de [1891] Essai d’une histoire de l’obstétricie. Traduit de l’allemand avec additions, figures et un appendice par F. J. Herrgott. Paris : G. Steinheil.

Van Wijland, J. [2018] Baudelocque et son maître. Écriture et genèse d’une pensée scientifique, Philosophia Scientiæ, 22 (1), 2018, p. 23–41.

Vaucher, J.-B. de [1847] Notice sur M. le docteur Sardallion, accoucheur, membre de la Société médico-pratique. Publiée dans les Archives des hommes du jour, Revue mensuelle, historique et nécrologique, par MM. Tisseron et De Quincy. Paris : Impr. de Mme de Lacombe.

 

Publié dans Non classé