François Humbert et l’Établissement orthopédique de Morley dans la Meuse

En 1817, François Humbert (1776-1850) ouvre le premier établissement orthopédique français dans le village de Morley (Meuse). Passionné d’anatomie et de mécanique, il y propose de nouveaux traitements de la scoliose et de la luxation congénitale de la hanche.
Billet_2017_Expo_Humbert_1
A l’occasion de ce bicentenaire, le Musée barrois propose une exposition consacrée à ce médecin ingénieux, créateur d’instruments et collectionneur averti. Une quarantaine de ses maquettes orthopédiques ainsi que certaines des pièces de sa collection constituent désormais quelques-uns des chefs d’œuvre du musée de Bar-le-Duc.
Chirurgien militaire, François Humbert se spécialise dans les préparations anatomiques et dans la mise au point d’instruments de dissection. Il s’intéresse notamment aux déviations de la taille et au rachitisme, et est convaincu de la pertinence de l’emploi d’appareils mécaniques pour corriger les déviations de la colonne vertébrale, les scolioses, les luxations de hanche.Billet_2017_Expo_Humbert_2

Il ouvre son établissement orthopédique en 1817 : réservé aux femmes, réputées souffrir plus particulièrement de déviations de la colonne vertébrale et de luxations de la hanche, il accueille jusqu’à une vingtaine de jeunes filles simultanément. Il crée également un atelier où il fait construire ou perfectionner de nombreuses machines orthopédiques pour ses patientes : curopelvimètre, hybomètre, lits et fauteuils orthorachidiques, appareils extenseurs, corsets, etc. Si les années 1836, avec l’attribution du prix Montyon de l’Académie royale des sciences, et 1837, avec l’accession au grade de chevalier de la Légion d’honneur, sont celles de sa consécration, l’expérience tourne court : après la mort en 1844 de son fils unique, docteur en médecine et successeur pressenti, François Humbert ferme son établissement en 1846.

Billet_2017_Expo_Humbert_3
Notable local et homme aux multiples intérêts, il continue parallèlement de proposer de nouveaux instruments et machines agricoles : hache-paille, coupe-racines, lave-légumes… Il collectionne non seulement les pièces d’histoire naturelle et d’anatomie, en particulier d’ostéologie humaine et animale, de coraux, de minéraux, mais également les antiquités et objets d’art : pièces archéologiques gallo-romaines, objets de la Renaissance, collections numismatiques, objets d’art extra-européens…

 

La Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine est heureuse de contribuer à cette exposition par le prêt d’une plaque de faïence qui rappelle l’importance des épidémies de variole au début du XIXe siècle et la mission de médecin vaccinateur qui échoyait à François Humbert comme à tant de ses confrères.

 

Billet_2017_Expo_Humbert_4

 

Jérôme van Wijland

 

Informations pratiques :

Exposition « Inventer pour guérir. François Humbert (1776-1850), une aventure médicale meusienne. » Du 20 mai au 24 septembre 2017. Musée barrois, Esplanade du château des ducs de Bar, Rue François de Guise, 55000 Bar-le-Duc.

Bibliographie :

Antoine Desseaux, Étienne Guibert, Michel Pionnier et Marguerite Préau Sido, « La collection de machines orthopédiques de François Humbert (1776-1850), médecin meusien, fondateur du premier établissement orthopédique français », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 22 février 2017, consulté le 15 mai 2017. URL : http://insitu.revues.org/14064 ; DOI : 10.4000/insitu.14064

Bluenn Boulangé, Antoine Desseaux, Sébastien Milleville et al., Inventer pour guérir : François Humbert (1776-1850), une aventure médicale meusienne : Exposition au Musée barrois, Bar-le-Duc du 20 mai au 24 septembre 2017, Bar-le-Duc : Edition de la commaunauté d’agglomération, 2017
Cote à la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine : 100850 (88)

 

Tagués avec : , , , ,
Publié dans Non classé